Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

dimanche 1 novembre 2015

Toussaint: les saints sont à la fête

Les vivants, un peu moins...
                                            Le premier Novembre 1755:
                                                                   Drame à Lisbonne  choc européen.
La mort n'est pas devant nous, sous une forme ou une autre. Son principe est au coeur du vivant.
     Partir à son heure, quoi de moins simple en apparence, mais quoi de plus banal?
                La cohabitation des vivants et des morts a connu bien des vicissitudes.
                      Dés le VII° siècle en Occident chrétien, on voit naître de nouvelles pratiques mortuaires, qui se stabilisent surtout à partir du XI° siècle.
        Même les cimetières ont leur histoire
  Les attitudes culturelles, en ce domaine comme en d'autres, sont soumises au changement: on passe d'une mort "apprivoiséé" à une mort refoulée, aujourd'hui où elle dérange plus que jamais, contredisant nos (très) relatifs pouvoirs.
  Elle fut héroïsée dans le culte du souvenir d'après guerre.
         Plutôt en rire (jaune) devant l'ultime défi, puisque la mort n'est rien pour nous, comme disait Epicure... 
          Le regretté Pierre Desproges, avec son humour caustique mais profond, nous a livré un  florilège de pensées souvent désespérées mais sereines.
     Siné n'est pas en reste:  "Mourir ? Plutôt crever !", a déjà fait graver le dessinateur Siné (toujours en vie) sur la tombe – surmontée d'un cactus en bronze évoquant un bras d'honneur - qui l'attend dans le cimetière Montmartre.
              Apprendre à  mourir! Et pourquoi donc? On y réussit très bien la première fois! 
____________________________________

Aucun commentaire: