Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

mercredi 9 octobre 2013

Mourir pas cher

Dans la série on n'arrête pas le progrès...
                                                                  Le low cost s'envole
                                 Il connaît un développement foudroyant dans tous les domaines
L'industrie de la mort n'y échappe pas (*)
  On peut faire aujourd'hui des économies appréciables jusque dans ses derniers instants et au delà...
Il faut dire que les nouveaux croque-morts, qui font un métier utile, mais sans risque de chômage, ne vivent pas toujours de peu, certains même se faisant remarquer par des pratiques douteuses. 
    Le marché est considérable et la guerre des prix sans pitié.
" Le secteur et ses 10 milliards d'euros de chiffre d'affaire annuel est même «porteur», comme le rappelle Philippe Martineau, directeur général du Choix Funéraire, le 2e groupe français du marché, qui a organisé mardi une conférence de presse sur les tendances de la saison hiver 2013-2014 en prévision de la Toussaint. «Nous sommes sur un environnement économique atypique», poursuit-il en pesant chaque mot pour ne pas faire le bateleur. Quand il évoque la légère hausse du nombre de décès entre 2011 (534 000) et 2012 (571 000), synonyme d’affaires au beau fixe, il se sent obligé d’ajouter «malheureusement».
   Business is business!
      Le bénévolat d'autrefois n'existe plus qu'à l'état de traces
La gestion numérique du deuil reste encore l'exception...
   Les funérailles d'antan se passaient avec moins de pompe qu'aujourd'hui, avec plus de lenteur et de convivialité.
   "Maintenant, les corbillards à tombeau grand ouvert, Emportent les trépassés jusqu'au diable vauvert, Les malheureux n'ont mêm' plus le plaisir enfantin, D'voir leurs héritiers marron marcher dans le crottin... "•
Aujourd'hui, c'est de la folie: un petit bout de terre peut vous coûter une petite fortune et un modeste cercueil en chêne peut ruiner vos économies. 
Mais une honnête boîte en carton, 100% écolo,vous laissera quelques réserves. Dans le domaine du recyclable, on n'arrête pas le progrès...
  Sans tralala, on peut donc mourir sans se ruiner
" 15% des obsèques célébrées en 2012 au Choix Funéraire étaient low-cost. Il y a une dynamique d'appel sur les autres offres, affirme Philippe Martineau, «à l'instar d'un produit tel que la Renault Logan». Et puis, comme partout, certains cassent les prix. Depuis juillet 2012, les services funéraires de Paris proposent eux-même des obsèques à moindre coût. Prix : 789€... cet enterrement via la mairie de Paris s'organise exclusivement en ligne sur le site révolution-obsèque.fr..."
       Inutile donc de se croire obligé de faire construire de somptueux monuments, comme certains coqs de village, comme les bourgeois ou les célébrités du Père Lachaise. De toute manière, la reproduction symbolique du rang social ne fait pas gagner une place de choix au paradis, du moins pour ce que l'on en sait...
 Il faut revenir à plus de modestie, à une mort discrète, à une post-mort effacée.
Jusqu'au bout on peut faire de bonnes affaires, comme dirait Michel Leclerc, qui fait des promotions avant la Toussaint. On en profite!  
____________________
(*) L'abus d' humour noir  n'est pas préjudiciable à la santé... 
________
-Publié dan Agoravox 
______________________________

Aucun commentaire: