Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

samedi 29 juin 2013

Tour du Tour

 Autour du Tour
________________On en a fait le tour...
C'est reparti pour un tour... 
100e édition, ça vaut le détour!
Un tour à tour, passant par Tours.
Certains nous ont joué des tours (pas à Joué-les-Tours), des en-tour-loupes. 
Tours de passe passe... 
Chacun son tour .
 A qui le tour?
_________________________
1913: moyenne 26 km/h____. 2012: 40km
La technique n'explique pas tout.
 Toujours plus...
Jean-René va continuer à lire ses fiches sur les admirâââbles paysages de notre patrimoine (mais quelle France?), pour tromper l'ennui d'une épreuve minée par le business et en fin de cycle...
Une légende où l'enfer a sa place.
Des échappées parfois fatales...
Beau comme une légende antique.? Argent content...

_____________Tous à vélo pour un petit tour ! 
Sans tours de rein, pour le plaisir...
__________________________________
Dans le peloton, une langue créative:
"... «Mettre tout à droite», c’est bien, mais il ne faut pas confondre «un pont de chemin de fer» ou une vraie «bosse» ; car, si on «enroule trop grand» sur le 54 × 11, on aura vite «les grosses cuisses» au risque de «pédaler avec les oreilles», puis de «rester en équilibre» et, enfin, de «passer par la fenêtre» ; mais si on a vraiment «la socquette légère», qu’on «tourne bien les jambes», «dans l’huile», bref qu’on est «soyeux», alors on peut tirer un «bout-droit», mettre les autres «dans le dur», les «enrhumer», sans même trop «saler la soupe» ; alors là, «sucer la roue» ne servira à rien, ce sera trop tard pour «rentrer», même si le «train bleu» veut «mettre en route», ou pour «avoir de la laine sous les ongles» au sprint. Cela ne ressemble-t-il pas à du Céline, amélioré par Audiard et Dard ? Car le peloton des «coursiers» forme un groupe social clos, quoiqu’en annuel renouvellement, qui reste entre soi sur toutes les routes du monde, avec ses usages et ses rites, produisant sans le vouloir un langage à la fois très précis, initiatique et interne ; chaque incident, chaque accident, chaque coup de fusil suscite une nouvelle trouvaille, une brève de pédale pour ainsi dire, que seuls les habitués comprennent et pratiquent. L’épopée tient d’abord au récit, donc au style. Une fois de plus, l’homme-machine recule devant l’homme, qui parle même en pédalant."
_______________________________________________________________________

Aucun commentaire: