Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

vendredi 14 mars 2014

Nos (chers) Députés

Mais que font-ils donc?
                                 On peut consulter les textes officiels, si on a quelques hésitations.
Mais si l'on veut suivre de près et concrètement SON député dans ses activités à l'Assemblée Nationale,. Il suffit d'aller ICI:



   Nulle indiscrétion, le site est officiel et l'on apprend beaucoup sur son assiduité, ses interventions, ses activités en commission, etc...Cet espace devrait être mieux connu.
         (Il suffit de cliquer sur le département, puis sur la circonscription...)
___________________________________________________________________________
             
                               On oublie trop souvent qu'un député est un élu qui, à l’Assemblée nationale, participe au travail législatif et au travail de contrôle du Gouvernement.
    C'est  ce dernier point surtout qui pose le plus de questions.
C’est cet aspect qui est devenue déficient, les parlementaires de la majorité refusant le plus souvent de jouer ce rôle, par peur pour leur investiture, ou pour conserver des avantages pour leur circonscription, car c’est l’exécutif qui a la main sur le budget et, souvent, sur le parti...
     Plus encore, dans un régime de type présidentiel à la française, quasi monarchique par certains aspects.
Les maux qui affectent une démocratie sont multiples.
   Les députés sont les représentants, que nous avons élus, pour promouvoir et défendre l'intérêt général, qui ne se ramène pas aux intérêts particuliers individuels ou collectifs, selon un mode de scrutin qui peut varier d'un pays à l'autre, d'une époque à l'autre, une constitution particulière, en principe toujours réformable.
    Cette notion de représentation démocratique est clairement définie pour la première fois par Rousseau et sert toujours de fondement philosophique indépassable. Celui-ci disait aussi qu'il n'existe pas de vraie démocratie, au sens de parfaitement conforme à ses principes, qu'une démocratie ne peut être qu'une approximation et une tâche, un idéal à défendre sous peine de recul ou d'effacement.
 Toujours  problèmatique, elle demande vigilance citoyenne, qui ne se ramène pas au vote périodique.
Un part de démocratie participative  reste toujours à inventer pour un contrôle critique des représentants et des institutions, des élites, qui peuvent toujours dériver.

    Une démocratie est toujours fragile et réformable, sous peine de devenir un mirage.
Une autre démocratie est toujours possible. 
     L'hyperprésidence d'aujourd'hui est en déclin, laissant peu de place aux parlementaires sur des questions pourtant essentielles.
  "Le pouvoir arrête le pouvoir" (Montesquieu)
___________________________
 

Aucun commentaire: