Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

lundi 18 juin 2012

Cacophonie européenne

 Europe: entre dilution et fédéralisme autoritaire?
____________________________________________  [ Questions et hypothèses]

 __Sous la menace d'un bing bang financier annoncé par les plus pessimistes, dans un scénario ubuesque, où la cécité de Bruxelles ne cesse de surprendre, la cacophonie est totale, les divergences sont patentes.
La crise est passée par là, dans une Europe vassalisée, dominée par la loi des marchés financiers, annoncée déjà comme moribonde il y a quatre ans.
Une Europe devenu un grand marché  néolibéral , une zône de libre échange, sans unité politique ni cohérence économique, où l'euro n'a pu jouer le rôle stabilisateur prévu, mais a creusé l'écart entre les zônes de développement inégal.
____Passée dans l'esprit du  consensus de Washington, elle glisse maintenant sous celui du consensus de Berlin, une sorte de  federalisme disciplinaire, pire, une hégémonie allemande de fait, comme le redoute Ulrich Beck (1), Joschka Fisher, Helmut Schmidt, Ferdinand Fichtner ont fait aussi entendre une voix discordante au pays d'Angéla, qui se berce un peu d'illusions...
Une Allemagne à contresens?
Une hégémonie que résume ainsi Mme Lagarde, adepte du dumping salarial: " « L’Allemagne a accompli un excellent travail au cours des dix dernières années, en améliorant la compétitivité, en exerçant une forte pression sur ses coûts de main-d’œuvre."
__Si le fédéralisme politique peut être l'horizon de certains européens, notamment à l'origine du projet, et pour certains commentateurs, dans les conditions actuelles, il faut craindre qu'il mène au  délitement de l'idée européenne. l'idée d'une souverainété "partagée" ne pouvant  exister que s'il y a un minimium de règles communes et de solidarité entre les membres, malgré leur inégalité de développement.
L'Europe des citoyens reste un voeu pieux .
__L'Europe à deux vitesses, au delà d'une eurodiscipline budgétaire, reste plus facile à dire qu’à faire 
Cela paraît  un défi impossible "... Comme articuler les futures institutions fédérales de la zone euro et les institutions intergouvernementales de l'Union européenne ? Peut-on imaginer un ministre des finances de la zone euro, voire in fine un gouvernement de la zone euro, responsable politiquement devant les citoyens européens, au sein des structures actuelles de l'Union européenne ? Aucun schéma convaincant n'a à ce jour été présenté. Penser les institutions de l'euro-fédéralisme : tel est le dernier défi des Européens."
Au bord du précipice, l'option Merkel est risquée.
Un “Maastricht 2” en vue pour la fin du mois, ou un coup de force austéritaire?
Que fera F. Hollande, aujourd'hui en position de force dans l'eurozône, mais arbitre de tendances internes  contradictoires? Pourra-t-il, voudra-t-il rompre avec la stratégie de soumission aux marchés financiers? 
__Comment sortir du péril dénoncé autrefois par Mendès France, un peu plus de deux mois avant la signature des traités de Rome, le 18 janvier 1957 à l’Assemblée Nationale? :
"Le projet du marché commun, tel qu’il nous est présenté, est basé sur le libéralisme classique du xx ème siècle, selon lequel la concurrence pure et simple règle tous les problèmes. L’abdication d’une démocratie peut prendre deux formes, soit elle recourt à une dictature interne par la remise de tous les pouvoirs à un homme providentiel, soit à la délégation de ses pouvoirs à une autorité extérieure laquelle au nom de la technique exercera en réalité la puissance politique, car au nom d’une saine économie, on en vient aisément à dicter une politique monétaire, budgétaire, sociale, finalement une politique, au sens large du mot, nationale et internationale."
________
-Vers un «saut fédéraliste» ?
- Pourquoi Angela Merkel s'obstine
-Désaccords de fond

Aucun commentaire: