Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

samedi 19 septembre 2009

11/09: Débat impossible en France ?

"On dirait que c’est en France que ces attentats ont eu lieu."

Curieux pays où la remise en question de la version officielle de la Commission d'enquête, chapeautée par la Maison Blanche, ne peut se faire publiquement de manière apaisée, sereine

Beaucoup de zônes d'ombres affectent le compte rendu officiel de cette journée historique et de son contexte. De nombreux faits n'y trouvent pas une place cohérente , le contredisent ou ne sont pas évoqués
Aux USA, le débat ne tarit pas. Une partie des acteurs de la Commission elle-même commencent à évoquer les pressions qu'ils ont subies. En France quelques enquêtes, dont celles d'Eric Laurent explorent depuis longtemps des aspects troubles des événements
Certes, on est encore largement dans l'incertitude, étant donné la rétention des sources principales, ce qui donne lieu parfois à des scénarios fantaisistes, alimentés par cette classification des pièces essentielles et les tabous qui pèsent sur une parole entravée par le poids de la peur et des interdits politiques
D'où la nécessité de réouvrir le dossier et de remettre en chantier une enquête (volontairement?) bâclée.
-D'un 11 septembre à l'autre-
-Une « attaque surprise » ... pas si surprise que ça

-"...Personnellement, je suis un truther qui a du mal à admettre que 19 terroristes se soient emparés de quatre avions simultanément, armés de cutters, à 1 contre 10 ou plus passagers et membres d’équipage, et les ont précipité sur deux tours et 1 pentagone avec maestria, pour ne même pas le revendiquer ensuite, si ce n’est tardivement et du bout des lèvres. Je suis un sceptique qui a vu une administration illégitime se ruer dans la brèche et mettre au pas, non seulement ses citoyens, mais ceux de tous ses alliés. J’ai du mal à croire aux méchants terroristes isolés, et je ne me sens pas fantasquement allumé pour ça. Je ne crois ni en dieu, ni en diable, mais espère toujours en une enquête objective et dépassionnée autour d’un événement qui met à l’épreuve la qualité de notre démocratie.Enfin, la manipulation d’opinion via les medias fait depuis longtemps partie du paysage. Juste avant la première guerre du golfe, les télés nous montraient comment les troupes spéciales de Saddam s’entraînaient en déchirant vivant des petits animaux. Timisoara a « justifié » l’exécution précipitée des Ceaucescu, la cruauté des Serbes les frappes illégitimes de l’Otan, et ainsi de suite. Stratégie de la part des sources, souvent militaire, et mercantilisme des medias instantanés à la recherche de sensationnalisme. Apprendrons-nous de l’histoire ?"(Bluebeer sur Agoravox)

"...Personnellement, je n’ai aucune explication toute faite, aucun coupable nommément désigné, aucune « version » pour expliquer les évènements du 11 Septembre, contrairement à la version officielle ; je fais simplement partie de ceux qui relèvent les invraisemblances, les évènements non expliqués, les faits troublants qui vont à l’encontre de la VO, et qui demandent, légitimement, qu’une commission indépendante soit nommée, pour essayer de faire toute la vérité, s’appuyant sur les avis de nombreux architectes, urbanistes, ainsi que sur les témoignages de nombreuses personnes présentes (pompiers, notamment).Sans même avoir besoin de faire référence à toutes les « versions officielles » qui ne se sont avérées que des mensonges concernant un ensemble d’évènements (assassinat de(s) Kennedy, fiole « d’arme de destruction massive » exhibée à l’ONU par Colin Powell, forteresses volantes servant de chambres de tortures, etc....) auxquels ont été mêlés la CIA, et les sphères du pouvoir américain (comme russe ou chinois, ou français...), la nomination d’une commission indépendante avec tout pouvoir d’enquête, serait la meilleure façon de faire taire définitivement toute rumeur, et d’établir la réalité des faits...." (Sisyphe sur AV)


« Kassovitz, Faurisson du 11 septembre » : ils ont osé ! - AgoraVox

"Nous vivons vraiment dans un drôle de pays. Peut-être le seul au monde où il est interdit de réfléchir sur le 11-Septembre. Les Etats-Unis sont, de ce point de vue, infiniment plus ouverts à la discussion, jusque sur la très bushiste chaîne Fox News. Oui, oui, des débats y ont eu lieu, dans une ambiance un tantinet plus respirable qu’en France. Allez comprendre...
ce mercredi, celui de Mathieu Kassovitz, suite à son passage, mardi 15 septembre, dans l’émission de Frédéric Taddeï Ce soir ou jamais. Le débat a pour raison d’être la sortie du livre d’Eric Raynaud, qu’on ne songe pourtant pas à inviter... La question posée aux invités est : faut-il débattre à la télévision des zones d’ombre du 11-Septembre, ou laisser ces questions aux cloaques du Net ? Et Kassovitz a l’outrecuidance de répondre que oui, bien sûr, il faut en parler. Et il argumente quelque peu, dans le peu de temps qui lui est imparti, sur une poignée de points troublants. Et le voilà d’emblée assimilé à un "conspirationniste" par sa voisine, et bientôt un autre invité, Marin Karmitz, assène l’argument massue : tout questionnement sur le 11-Septembre nous mènerait tout droit au négationnisme touchant les chambres à gaz ! Mathieu Kassovitz répondra fort heureusement à cet amalgame sans fondement....
Mais le lynchage aura lieu le lendemain, dans la presse. Les snipers en chef : Renaud Revel de L’Express, et Jean-Marc Morandini d’Europe 1 et Direct 8. Commençons par le plus choquant et le scandaleux papier de Revel, qui fustige une "diatribe révisionniste" de la part de Kassovitz, constituant selon lui un dérapage, et qui conclut son papier sur ces mots, terribles : "Kassovitz en Faurisson du 11 septembre, il ne manquait plus que cela."
Faurisson nie l’existence des chambres à gaz durant la Seconde Guerre mondiale. Kassovitz, lui, prend acte des zones d’ombre du 11-Septembre (que tout le monde admet) et trouve justifié un questionnement sur cet événement, voire un soupçon sur l’administration Bush, dont l’attitude fut plus que trouble avant, pendant et après les attentats, et dont les mensonges sont avérés. Comment peut-on oser mettre en relation ces deux noms ? Kassovitz nie-t-il l’existence de quoi que ce soit ? Nie-t-il les morts ? les avions crashés ? Le héros du film Amen de Costa-Gavras est-il suspect d’antisémitisme ? Comment le rédacteur en chef d’un hebdomadaire de cette importance peut-il se laisser aller à pareille comparaison - surtout après la salutaire mise au point faite par Kassovitz lui-même durant l’émission ? Injurier en toute impunité : on nous avait fait croire que c’était l’apanage des blogueurs sans contrôle... Les journalistes seraient-ils devenus des blogueurs comme les autres ?..."


Aucun commentaire: