Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

mercredi 23 août 2017

Faces cachées

Pathologies financières
                          Il n'y a pas que la lune qui a une face cachée.
                                                                  Sur un autre plan, la finance  a aussi la sienne, qui n'a rien de naturelle, mais qui est le produit d'un système en vertigineuse croissance depuis une trentaine d'années avec le développement de l'hyper-financiarisation  et qui peut prendre bien des formes.
    Certaines sont maintenant bien connues, même si les experts eux-mêmes ont des difficultés à en mesurer l'ampleur, comme les masses d'argent accumulées dans les paradis fiscaux ou le montant de l'argent sale, qui se recycle avec la complicité de certaines structures bancaires....La pratique de l'anonymat et le développement fulgurant de l'informatisation ont facilité la circulation de capitaux de plus en plus rapides et considérables. La pratique accélérée du trading haute fréquence a accéléré et obscurcit.le processus.
   Ces capitaux circulent et exercent leur action sur le marché en dehors de toutes règles et de tout contrôle.
                      Du phénomène de «Shadow banking», autrement dit la finance de l'ombre, nous
n'entrevoyons que certains aspects, comme nous ne soupçonnons que très partiellement toute la part de l'évasion fiscale ou de l'argent recyclé et blanchi dans des lessiveuses "honorables" et ayant pignon sur rue (ou sur lac)...le pouvoir politique fermant les yeux ou se contentant de menaces formelles ou de contrôles et de sanctions toujours à venir.
                                         Difficile de cerner les contours du «shadow banking», donc de le mesurer parfaitement. Le Financial Stability Board (le Conseil de stabilité financière, créé en 2010 par le G20 après la crise des subprimes) a chiffré le marché à 75.000 milliards de dollars à fin 2013. C'est 5000 milliards de plus qu'en 2012. À fin 2014, il devrait avoir atteint les 80.000 milliards de dollars. Selon cette estimation, le «shadow banking» représente ainsi un quart des actifs financiers mondiaux, la moitié du poids du système bancaire traditionnel, et l'équivalent du PIB mondial annuel. Les États-Unis, la zone euro et le Royaume-Uni détiennent à eux seuls les trois-quarts des actifs qui relèvent du «shadow banking». Mais dans les BRICs et les pays émergents, particulièrement en Chine, en Inde, en Indonésie et en Russie, la «finance de l'ombre» progresse fortement. Du côté des acteurs du «shadow banking», les fonds d'investissements immobiliers et les hedge funds connaissent les expansions les plus fulgurantes.
     Il faut bien noter que ces calculs du FSB «ne prennent pas en compte les centres financiers offshore (les paradis fiscaux, ndlr), où la plupart des hedge funds sont domiciliés»... En réalité, aujourd'hui, la définition du «shadow banking», de ses activités et de ses acteurs, n'est toujours pas clairement établie et les travaux n'en sont qu'à leurs débuts...Le «shadow banking» présente deux problèmes majeurs: son poids dans le financement global de l'économie et l'interdépendance des acteurs du «shadow banking» entre eux et avec le système bancaire traditionnel international. Ce qui signifie que si le «shadow banking» est sytémique: s'il souffre, il entraîne avec lui le système bancaire «normal». La crise des subprimes de 2007 en est la preuve concrète...."      [ Extraits]
          Toutes les plate-formes non régulées sont appelées dark pools:
      Un dark pool a pour objectif de traiter des volumes d'ordres de bourse importants (transactions sur blocs), hors marchés officiels (grandes bourses réglementées ou systèmes multilatéraux de négociation), et sans afficher le prix des transactions avant leur finalisation. Il permet ainsi aux acteurs (acheteurs ou vendeurs de titres) de rester anonymes.
   Cette finance de l'ombre constitue une dérive dangereuse, souvent dénoncée, même pour des pratiques bancaires "licites" mais opaques:
   L'histoire des dark pools est un peu celle de l'arroseur arrosé : bien qu'elles procèdent d'une volonté politique de libéraliser le secteur financier, les dark pools ont un fonctionnement totalement contraire aux principes de l'économie de marché. Ces travers ont été largement mis en évidence par le rapport sur la révision de la MIF, mais aussi par les membres du G20 Finances, réunis en avril, qui ont tenté de "rappatrier" le plus d'instruments financiers possible sur des marchés organisés.....
      La transparence et la régulation ( à peine entamée, souvent purement verbale) dans ce secteur ne sont pas pour demain...sauf si une crise plus violente que les précédentes contraindra les acteurs politiques à intervenir vigoureusement, à la manière de Roosevelt en plein cataclysme économico-bancaire. (*)
                 Un banquier suisse (oui!) analyse tous les risques inhérents à ce système, dont il établit les causes
prinvipales.
     Les mastodontes financiers, outre les pratiques galopantes du trading haute-fréquence, ont adopté des pratiques non orthodoxes qui sont loin d'être sans risques, même pour leurs propres intérêts, ouvrant leurs caisses aux mafias diverses et variées accentuent les périls.
_____
   (*)   Franklin Delano Roosevelt aurait-il eu la même mansuétude vis à vis du gouvernement des banques, dont le pouvoir a été à peine écorné? Roosevelt qui disait publiquement: "...Nous avons dû lutter contre les vieux ennemis de la paix – le monopole industriel et financier, la spéculation, la banque véreuse, l’antagonisme de classe, l’esprit de clan, le profiteur de guerre. Ils avaient commencé à considérer le gouvernement des États-Unis comme un simple appendice à leurs affaires privées. Nous savons maintenant qu’il est tout aussi dangereux d’être gouverné par l’argent organisé que par le crime organisé. Jamais dans toute notre histoire ces forces n’ont été aussi unies contre un candidat qu’elles ne le sont aujourd’hui. Elles sont unanimes dans leur haine pour moi – et leur haine me fait plaisir. Je peux dire que lors de mon premier mandat ces forces menées par l’égoïsme et la soif du pouvoir ont trouvé un adversaire à leur hauteur. J’aimerais pouvoir dire à l’issue de mon deuxième mandat qu’ils ont trouvé leur maître..."
__Les banques, ayant tant reçu des Etats, ne disent même pas merci, les ingrates!
         Elles continuent même à spéculer en douce, comme la plus importante de toutes, qui donne l'exemple, en toute légalitéGoldman Sachs Elles ne risquent pas trop d'être inquiétées: on a tant besoin d'elles! Too big to fail and to jail...Elles ne souhaitent qu'une chose: qu'on continue à les laisser faire.
                     Comme le remarquait, outré, un ancien directeur de la Banque Mondiale: 
                  "Les banques sauvées grâce à l'argent public se retournent vers ceux qui les ont sauvées en disant: payez vos dettes! Leur arrogance est inacceptable " (J Stiglitz)
     Ou, comme disait son célèbre compatriote:
                   « Le gouvernement devrait créer, émettre et favoriser la circulation des monnaies et des crédits nécessaires à la satisfaction du besoin de dépense du gouvernement et du besoin d’achat des consommateurs.L’adoption de ces principes doit permettre aux contribuables d’économiser le paiement d’un gros volume d’intérêts. L’argent cessera de gouverner et se mettra au service de l’humanité. » (Abraham Lincoln) _
____________________________________________________


mardi 22 août 2017

Lumières sur le terrorisme

Et l'antiterrorisme.                  -Quelques liens de lectures et d'écoute-.
                                    Pour mieux éclairer un phénomène complexe, multiforme et souvent mal compris. Des éléments à prolonger et à discuter.
                     Quelles sont les perspectives de la lutte contre Daesh ?
____Dans Diploweb, Camille Grand brosse l'essentiel:
                                            Des acteurs avec des agendas propres...   



__  DEBRAY, Terrorisme et communication : les pièges
__ Les contradictions de la lutte antiterroriste européenne.
__ Révélations sur les services secrets de l’Etat islamique 

__ Fascination du djihad - Fureurs islamistes et défaite de la paix 

__ Comment devenir djihadiste en quelques clics

__ Radicalisation, déradicalisation… Que savons-nous au juste ?:

__ L’Union européenne de la sécurité à marche forcée



_______________________________________________________________________________


lundi 21 août 2017

Où l'on reparle de Monsanto

En savoir plus sur Monsanto!
                                     C'est ce à quoi nous invite la (trop) célèbre firme de St Louis, spécialisée dans les biotechnologies agricoles, au service de l'agrobusiness, des hommes et du progrès alimentaire.
     Sa récente fusion (contestée) avec l'autre géant Bayer n'est pas à vrai dire une bonne nouvelle. Cette hyperconcentration, ce changement d'échelle inquiètent les agriculteurs, mis sur la voie du digital farming, comme le monde médical.
   ...A l'issue de cette acquisition - annoncée pour la somme de 59 milliards d'euros - la firme pourrait faire état d'arguments économiques bien plus convaincants, auprès de la commission et des membres européens. Cela pourrait sonner la fin de l'exception européenne, alors que les semences modifiées ont atteint à présent 90% du marché américain
      Monsanto, c'est plus de 100 ans de pratiques dévastatrices, qui ne furent reconnues et dénoncées que assez récemment. C'est une suite de scandales qu'il faudra encore du temps et du courage pour les dénoncer.      Comme Marie- Monique Robin en France.
  Diverses  enquêtes  de par le monde ont abouti à des constats assez renversants, non seulement sur les effets ravageurs de divers produits de la toute puissante firme mais aussi sur les silences, les complicités, les lobbying puissants exercés.      Le Tribunal Monsanto permit de rendre publiques certaines pratiques douteuses du groupe.
   Les récentes études sur les effets des perturbateurs endocriniens  ont permis d'aller plus loin dans la remise en question des pratiques du géant de la chimie et de dénoncer l'ambiguïté et la complaisance des autorités, notamment européennes.
     Les pressions sont anciennes et fortes sur des responsables souvent ignorants du cercle vicieux de certaines pratiques du conglomérat américano-européen et du problème vital des semences.
   Les luttes contre certains produits s'élargissent, mais seront encore longs et difficiles, à l'échelle mondiale. D'autant plus que les techniques de marketing de la firme s'affinent et s'adaptent en fonction des circonstances, s'efforçant souvent de semer le doute dans les esprits.
_______________________

dimanche 20 août 2017

Points de vue

__  Précarité: durable en Europe.
            En France, elle est souvent minimisée, masquée ou occultée.
                  En Allemagne, contrairement aux discours dominants, elle ne baisse pas,
                              Malgré les excédents commerciaux.


__ Pas de quoi être dégoûté: la transplantation fécale  c'est pour demain.
               La révolution intestinale est passée par là.
                     De nouvelles pistes sont en train de s'ouvrir.

__ Bibi continue à faire des siennes.
              Ici comme dans d'autres domaines.

__ Le vélo au centre de guéguerres parisiennes..
               Pourtant, c'est un filon d'avenir.  Il ira loin...
                               L'exemple vient de haut.                            

__ Dans ces conditions, vive la dette!
                                             Oui, mais...

___ Un banque qui sonne le tocsin.
                               C'est grave, docteur?
________________

samedi 19 août 2017

Plaies américaines

Des plaies encore très vives
                                            Le terrorisme d'extrême-droite qui s'est manifesté à Charlottesville, même s'il peut paraître circonscrit et minoritaire, a mis au jour un aspect inquiétant d'une certaine Amérique que l'on croyait révolu.
    Les suprémacistes ont manifesté une telle violence que l'on se croirait revenu plus d'un siècle en arrière. Certes, le racisme n'est jamais disparu, surtout dans certains Etats du Sud, mais le surgissement d'une telle violence, lourdement armée le plus souvent, ne manque pas d'interroger et d'inquiéter.
       Le grand twitter, imprécateur, provocateur et diviseur qui tient lieu de Président n' a pas été pour rien dans ce déchaînement, du moins indirectement, et ses réactions à l'événement ont été sévèrement jugées pas ses concitoyens sensés.
     On avait connu le Tea-Party, aux franges extrêmes du Parti Républicain, mais là on passe à un autre registre.
    On assiste à une forme de renaissance d'un néo-fascisme, parfois meurtrier, sans complexe, d'un terrorisme blanc surtout concentré dans les Etats du Sud, que l'inénarrable Trump semble d'abord avoir absous. avant de rectifier mollement et tardivement ses propos.
  Il y avait des gens très bien des deux côtés a-t-il d'abord déclaré. "Les propos présidentiels ont été immédiatement salués par David Duke, un ancien leader du Ku Klux Klan qui était présent à Charlottesville. Merci président Trump pour votre honnêteté et votre courage, a-t-il lancé sur Twitter, le remerciant d'avoir "dit la vérité" en dénonçant "les terroristes de gauche".
     Réaction classique, mais terrible, au coeur d'une Amérique déboussolée et...surarmée.
  L'Amérique a avec les armes à feu de toutes natures et de tous calibres, considérées comme  fondements de la liberté, un rapport fusionnel.
 ...La moitié des adultes connait personnellement quelqu'un qui a été abattu, accidentellement ou intentionnellement, et environ un quart reconnait avoir été menacé par arme. Ils considèrent que la violence des armes à feu constitue un très gros problème aux États-Unis, même s’ils en possèdent une eux-mêmes.
      Trump s'était déjà manifesté sur la "suicidaire" absence d'armement des victimes du Bataclan à Paris, comme Sarah Palin. Le remède à toutes les violences....mais sources de tant d'homicides et de carnages répétitifs, de dérives policières.
   Le Deuxième amendement ne sera pas abrogé cette fois encore. Au contraire. Même les déficients mentaux devraient y avoir accès.
     La NRA a bien travaillé auprès de élus. Mais de façon non désintéressée. Et c'est bon pour le PIB.
        Quand les armes font la loi, avec le minimum de législation, on peut s'attendre à tous les excès.
         La Bible et le fusil, c'est le top dans certains Etats, comme pour les illustres fondateurs.
   Une addiction qui n'est pas prête de disparaître, malgré les velléités de Obama et les actions citoyennes, surtout sous une telle présidence, qui souffle sur les braises.
                   God save America!
_______________________

vendredi 18 août 2017

Faiblesses de l’ euro fort

L'euro se renforce, dit-on.
                            Dans le climat d'une certaine reprise des affaires.
          Bonne nouvelle ou feu de paille?
   La force de la monnaie unique aurait de quoi rendre optimistes les gouvernants de l'euro-zone.
Dans le contexte d'une certaine embellie, très différentiée.
   Mais les choses ne sont pas si simples.
      Deux logiques monétaires s'affrontent et l'Allemagne s'oppose à la politique dite "laxiste" de Mario Draghi, pour éviter la récession. La politique de la chancelière, arc-boutée sur un euro-mark trop fort pour ses partenaires voisins,  l'obsession de l'épargne pour des raisons démographiques mais aussi électorales, tétanisée  par la crainte irraisonnée d'une inflation même minime, n'est guère cohérente avec le principe de l' autonomie de la banque centrale, qui s'efforce d'injecter des liquidité pour éviter une déflation dangereuse, mais sans relancer vraiment la croissance.
    Depuis 2014, Super-Mario s'efforce de colmater les brèches, pour combler les écarts,  mais ce jeu de pompier monétaire ne pourra plus durer très longtemps, tant que les disparités entre pays de l'euro-zones seront si marquées et que les effets de la crise seront encore si prégnantes, l'Allemagne s'arrangeant d'un euro très fort.
    L'argent peu cher et même les taux négatifs sont alléchants, mais cela n'est pas sans risques. L'Allemagne a sans doute raison dans certaines de ses mises en garde, même si sa crainte d'une certaine inflation est quasi-pathologique, mais que fait-elle pour  aider à bâtir une solidarité réelle et investir chez elle au lieu de continuer sa fuite mercantile en avant vers des surplus astronomiques, des excédents si critiqués.?
   On le voit une fois de plus, la monnaie unique pose problème. A quand une monnaie commune négociée?
______________Fin décembre 2016, l’euro était à 1,04 dollar et beaucoup pariaient sur une parité totale avec le dollar. Mais depuis, la monnaie européenne est prise dans un courant ascensionnel qui semble sans fin. En huit mois, elle a gagné 13,4 % par rapport à la monnaie américaine, pour revenir à 1,18 dollar, comme fin 2015. Dans le même temps, l’euro s’est apprécié de plus de 10 % par rapport à un panier de devises étrangères.
Depuis le début de l'année, l'euro a gagné plus de 13 % par rapport au dollarDepuis le début de l'année, l'euro a gagné plus de 13 % par rapport au dollar
Pour certains analystes des marchés des changes, ces corrections sont juste le reflet de la situation mondiale actuelle. Alors que le dollar paie lourdement les débuts désastreux de la présidence Trump et les incertitudes économiques du pays – la monnaie américaine baisse par rapport à toutes les devises étrangères de référence –, la montée de l’euro traduit le retour de la croissance dans la zone euro, marquée par une baisse du chômage et un excédent commercial record. « Les perspectives de croissance en Europe se sont améliorées de façon impressionnante. L’économie croît très fortement », assure un analyste de BMO Capital cité par Bloomberg.    ___
Mais les choses sont moins simples:
Pour d’autres, ces mouvements sur les changes sont en fait les premières adaptations à un resserrement de la politique monétaire européenne, attendu au début de 2018. Pressé par les Allemands d’en finir au plus vite avec son programme de rachat d’obligations (quantitative easing) qui amène 60 milliards d’euros supplémentaires dans le système monétaire chaque mois, Mario Draghi avait lui-même esquissé en juin un changement prochain de la politique monétaire européenne dans un discours à Sintra (Portugal). Il avait évoqué alors la fin des forces déflationnistes en Europe et le retour de la croissance. Tous en avaient conclu que la BCE allait suivre le chemin de la Réserve fédérale et abandonner graduellement son programme de rachat et de taux zéro pour revenir à une politique monétaire plus normale.... Le président de la BCE va-t-il ou non fermer le robinet à liquidités qu’il a ouvert sans retenue pour sortir la zone euro de la crise ?  Avant même la remontée de l’euro, la question de la sortie de cette politique ultra-accommodante était déjà compliquée. Les marchés financiers, drogués à l’argent gratuit des banques centrales depuis le début de la crise financière de 2008, ont du mal à imaginer un avenir sans. Les liquidités qui tournent désormais sur les marchés de capitaux ont atteint des montants considérables. Le moindre changement risque de provoquer des mouvements de capitaux d’une ampleur impressionnante, des centaines de milliards se déplaçant en quelques clics sur les marchés des changes mais aussi sur les marchés obligataires et d’actions.
Mais l'optimisme n'est que de façade.
   Comme dit  Martine Orange:   ...trois trimestres de croissance ne suffissent pas pour assurer que l’économie européenne a retrouvé son cours normal, contrairement à ce que soutiennent certains observateurs et politiques, qui pensent qu’en quelques mois les traces d’une crise de près de dix ans ont été effacées. D’autant que ce rebond a pu avoir lieu grâce à des circonstances exceptionnelles : par crainte de la montée des populismes en Europe et d’un rejet de l’Europe après le Brexit, les responsables européens ont accepté, le temps des élections néerlandaises et françaises, d’accompagner la politique monétaire très accommodante de la BCE, en relâchant leur politique d’austérité et d’ajustement budgétaire sur les États. Mais maintenant que tout danger leur semble écarté, ils entendent revenir au plus vite au strict respect des règles des traités. Au risque de bloquer à nouveau toute l’économie européenne par des politiques récessionnistes, comme ce fut le cas en 2008 et 2011. Une éventualité que ne semblent même pas envisager les responsables européens, à commencer par ceux de la France....
_________________________________________________________

jeudi 17 août 2017

En marge

 La mort aux trousses
Les histoires d'amour tournent mal...en général.




L'antiburqa-plage qui fait...des ravages.

______


Certains se font remarquer...

Y'a des photos...(2)

Qui donnent un sens inédit au réel, qui parfois le magnifient
                     
|Forêt de Chaumont]
[Résistante à la libération de Paris]
   Invitent à le regarder autrement  et  donnent à penser.
      Par leur puissance d'expression et d'évocation, aussi bien dans l'ordinaire, le commun, l'exceptionnel, le tragique ou le dérisoire..
        Où l'on rencontre l'oeil, l'esprit, la sensibilité et le savoir-faire de l'opérateur, qui savent se faire invisibles.
  Choses, parfois très banales, personnes ou situations: tout est bon pour l'appareil guidé par l'intuition et l'esprit.
  Photos célèbres ou non, elles en disent parfois plus  que certains textes ou leur donnent tout leur sens, elles donnent à voir ce que l'on côtoie le plus souvent dans l'indifférence ou l'aveuglement.
[La mère migrante]
____Comme ces image qui donnent une idée comme aucune autre de la crise dramatique de 1929 aux USA, de ses répercussions sociales et psychologiques.
  Ou de la situation des enfants voués très tôt au travail.
  Celles qui nous rappellent un épisode du Mur de Berlin....
     Mais il n'y a pas que les photos historiques, évoquant une période ou une situation.
     Il y a toute la masse de celles qui côtoient le quotidien ou la "banalité" des jours. Car pour l'oeil du photographe, rien n'est inintéressant. Tout peut prendre sens, selon la sensibilité du moment, le cadrage, le jeu des lumières. Une feuille en automne, le visage d'un vieillard...
   Le beau, n'est pas dans le réel, mais dans la belle représentation du réel, disait à peu près Kant.
    Cette capacité à susciter notre attention, notre émotion, notre admiration, au coeur de la grisaille des jours.
    Cartier-Bresson et les autres, c'est d'abord un oeil, une passion et une incroyable attention au réel, avant d'être un objectif expérimenté, qui nous réconcilient avec les choses et les êtres.


[Sénior crétois au repos(photo personnelle)]

mercredi 16 août 2017

Y a pas photo (1)

Trop de photos tuent la photo
                                             Trop de photos émoussent notre regard.
            Trop de photos perturbent notre attention, compromettent la pure jouissance de l'instant.
   La boulimie photographique, amplifiée et banalisée par le smartphone, relègue au second plan les capacités de l'oeil et les pouvoirs de l'émotion, auxquelles on ne fait plus confiance.
   C'est une vision par procuration. Prendre une photo et partir aillleurs.... Est-ce à cela que se ramène un certain tourisme?  Un safariphoto permanent?
              Certains ont fait le choix d'arrêter de prendre des photos de vacances.
      Grand chasseur d'images devant l'éternel, j'ai fait de même, sortant d'une certaine addiction photographique, encouragée par Google et Photoshop. 
    Le puissant Nikon macronikor argentique d'autrefois, avec lequel je pouvais passer des minutes devant une simple fleur ou un insecte rare a été remplacé par le banal et commun Lumix, qui est censé régler tout lui-même...Pas de soucis!
     J'ai arrêté Snapchat moi aussi, regrettant ma passion passée, quand je développais moi-même, en noir et blanc, au fond de ma salle de bain, des heures entières, jamais lassé par la magie qui s'opérait sous mes yeux. La paresse et la facilité m'ont gagné avec l'âge, comme la réduction de mes capacités d'étonnement, de mes désirs de voir autrement.
    Une addiction  qui peut mener loin...       Trop d'images sur mon disque dur, qu'on n'a même plus le temps de regarder.. 
[Photo personnelle (cliquez)]
   L'inflation de photos nous guette.
       La nomophobie est très contagieuse, à l'heure où un enfant de huit ans peut vous pixeliser.
  L'appareil oculaire a maintenant sa prothèse (qui sert éventuellement à téléphoner...), même devant le plus beaux paysages.
  Que deviennent nos souvenirs? La mémoire s'altère.
       La maladie de l'image envahit parfois les aspects les plus triviaux de la vie quotidienne, devenant une sorte de rite moutonnier. Ne parlons pas de la pratique des selfies, cette pulsion narcissique sans borne, à laquelle cèdent aussi ceux qui nous gouvernent.
    Il y a photos et photos. Simple capture mécanique du réel ou image réfléchie, élaborée à partir de la personnalité toute entière, unique, originale....même modestement.
______________________

mardi 15 août 2017

Lu

__ Du vide et du plein au sommet.
                                            C'est la faute à Edouard.

__ Le vélo, c'est bien, mais....

__  Ça marche toujours comme ça.

__ Logement comme machine à cash.

__ Malgré les dénégations climatiques de Trump...

__ Bercy et les géants
                                 ... Pour l’heure, Bercy renvoie la patate chaude vers l’Union européenne, en indiquant que «l’harmonisation fiscale est désormais la priorité». Certes, Bruxelles a en projet une «assiette commune consolidée pour l’impôt sur les sociétés (Accis)». En clair, les entreprises présentes dans plusieurs Etats membres de l’UE feraient une déclaration d’impôts devant un guichet unique. L’objectif est d’éviter le tripatouillage actuel qui permet aux «Gafa» (Google, Apple, Facebook, Amazon) de transférer leurs bénéfices réalisés en France vers l’Irlande, où ils sont trois fois moins taxés. Seul hic, il faudra faire adopter cette réglementation à l’unanimité, ce qui risque de prendre du temps.

__ Réforme de l’ISF: ...Depuis l’annonce de ce projet de réforme de l’ISF, de nombreuses études économiques ont montré combien cette mesure allait bénéficier aux plus fortunés (lire les articles de Romaric Godin et de Laurent Mauduit). Car ce sont les plus riches qui détiennent la plus grande partie des patrimoines financiers sous forme d’actions, d’obligations, d’investissements financiers. Ce sont eux qui ont connu aussi la plus grande envolée de leur patrimoine depuis la crise financière, comme le rappelle année après année le rapport peu suspect de parti pris du Crédit suisse sur les grandes fortunes dans le monde. Une récente enquête du New York Times démontre le creusement sans précédent des inégalité qui s’est produit au cours des quatre décennies et surtout depuis la crise financière au profit des 1 % et surtout des 0,01 %.

__ Marchandisation cosmique: l'espace est un marché comme un autre:

                                                    "...Le premier article de la loi luxembourgeoise sur les ressources spatiales est on ne peut plus explicite : « Les ressources spatiales sont susceptibles d’appropriation. » Le reste du texte décline le cadre, ultra-souple, et les conditions, très minimales, de cette « appropriation » : les entreprises devront disposer de bureaux au Luxembourg ; elles auront à recevoir l’agrément ainsi qu’une permission écrite par le ou les ministres en charge de l’Économie et des activités spatiales ; ces entreprises pourront ensuite mettre la main sur des ressources spatiales et les commercialiser. Détail piquant dans un pays où c’est précisément l’absence de régulation et de transparence qui a permis la fortune générale : les autorités luxembourgeoises promettent que les règles « ayant trait à l’agrément et à la surveillance » des activités spatiales des multinationales sont « largement inspirées de celles applicables au secteur financier ».
   Tout corps céleste devient une « opportunité de marché »"

__ Blogui- bloguons...
                                     Parfois certains se font remarquer.