Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

dimanche 6 octobre 2013

Jeunes talents d'Artois

    Ils sont deux. Deux frères: Samuel et Jérémie.  
                 Pianistes et compositeurs.
                                                                              Sans être jumeaux, ils portent des prénoms de grandes figures bibliques,  mais, contrairement à ce que prétend le dicton, ils sont prophètes en leur pays... et au-delà!
  Très différents l'un de l'autre, suivant chacun son propre chemin sur le même terrain musical, ils ont cependant certaines qualités en commun: la passion, le travail, la modestie.
   Ils ont l'habitude de ne pas faire de bruit, mais de travailler avec constance et méthode leur instrument préféré, sans ambition particulière, sinon d'enchanter nos oreilles et nos coeurs, avec talent et générosité, parfois de nous surprendre, par des oeuvres et des interprétations très originales, explorant de manière ludique des voies sonores inédites.
   Pour ma part, les suivant de loin depuis leur première jeunesse, je ne cesse d'être étonné par leur carrière (terme inapproprié), leur singulière trajectoire vers des formes d'expressions pianistiques de plus en plus abouties.
  La salle Pleyel n'est pas leur objectif. Ils aiment se produire devant un public souvent peu initié, comme à Isbergues, ou à Faches-Thumesnil, loin des hauts-lieux consacrés, des mondanités et des succès bruyants.
    Le piano, ils sont tombés dedans quand ils étaient petits, dès leur enfance lilléroise.
Dans une famille ordinaire, quoiqu'exigeante sur le plan de certains principes (On y ignorait, paraît-il, l'existence de la  télévision, ce qui eut sans doute l'heur de susciter l'envol vers une créativité que ne favorise pas l'étrange lucarne. Allez savoir...)
 ___________Samuel, efficace et modeste, explore des genres très variés dans le domaine du classique mais est aussi engagé occasionnellement dans l'univers du jazz.
Il s'est frotté avec brio à Chopin, à Rachmaninov et à beaucoup d'autres auteurs consacrés, connus ou moins connus, comme Jacques Ibert.. 
Il a tenté avec succès d'enregistrer pour la première fois l'oeuvre pianistique de Emile Goué, peu connue du grand public, entre autres ces deux nocturnes.
Il a à coeur aussi de transmettre sa passion à de jeunes pousses en puissance.
____________Son frère Jérémie , au parcours déjà étonnant, s'est fait explorateur dans le domaine du son.
   Moins porté sur la classique pur, il parcourt, influencé par le jazz (MCoy Tyner et Bill Evans en particulier), le monde immense des musiques les plus variées. Il trace son sillon personnel dans des voies parfois inédites, sinon déconcertantes pour des oreilles non prévenues.
  Intégrant et animant plusieurs groupes, notamment un trio justement remarqué, il est connu à Roubaix, Paris, Vienne comme à Marciac.
A l'occasion, allez l'écouter. Vous jugerez. 
    Nul doute que l'on entendra encore parler de lui, comme de son frère...♪♫♪♪♫
_____________
-Publié dans Agoravox
______________________________
 

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Merci de ce beau texte et de ces photos sur l'itinéraire humain et musical de Samuel et de Jérémie Ternoy, sur leur "singulière trajectoire".
Amie de leurs parents, j'ai vu leur passion de la musique nourrie dès l'enfance par leurs parents, Michel et Françoise Ternoy, eux-mêmes passionnés de musique et de danse.
Marie-Agnès T. (Montréal, Québec)

Marcel Thiriet a dit…

Merci d'avoir apprécié cet hommage, qui est aussi un encouragement et un remerciement.
Samuel a été un temps mon amical professeur de piano, après avoir été mon élève en classe de philosophie.