Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

mercredi 21 novembre 2012

Le pantalon, problème politique?

 Conquête d'une liberté
____________________Le pantalon est aujourd'hui la pièce de vêtement la mieux partagée, une des des plus banales en apparence, mais qui a déjà une longue histoire.
Ce n'est pas seulement un élément d'habillement, mais un objet culturel, un marqueur social, expression d'un clivage ancien entre hommes et femmes.
Un symbole de pouvoir masculin auquel la femme a eu des difficultés à accéder partiellement.
Il n'est pas si loin le temps où il était interdit dans les églises ou à l'Assemblée nationale pour le sexe dit faible. Ils restent encore bien présents les préjugés selon lesquels la robe ou la jupe seraient naturellement féminines, le pantalon représentant comme une usurpation de pouvoir, une transgression, une inversion dans l'ordre des choses, parfois une revendication indécente.
 _______Le pantalon est sans doute lié au début à la domestication et donc à la pratique du cheval, il devint courant pour les hommes au début du 19°s comme tenue urbaine.
" Le port du pantalon était d’usage chez les peuples cavaliers  nomades telles que les Scythes iranienset leAchémides . Les Celtes et les Romains adoptèrent cette tenue appelée communément braies. Les Perses, quant à eux, portaient sous leur robe un pantalon, signe de leur rang social élevé.
En Chine  antique, le pantalon n’était porté que par la cavalerie. D’après la tradition, il a été introduit par le roi Wu de Zhao en 375 av. JC, copiant la coutume de cavaliers turco-mongols de la frontière nordique de la Chine.
Le pantalon a été introduit en Europe occidentale à plusieurs reprises au cours de l’Histoire, notamment par les Hongrois et les Turcottomans, mais il est devenu courant seulement à partir du XVIe siècle", si l'on en croit Wiki
_________Il a fallu du temps pour que le pantalon pour femmes soit accepté socialement, que son port devienne légal.
En 1830, il leur faut encore une autorisation préfectorale pour l'adopter
"Deux circulaires de 1892 et 1909 autorisent le port féminin du pantalon... si la femme tient par la main un guidon de bicyclette ou les rênes d'un cheval !
En fin d'année 2003, le député UMP de l'Indre Jean-Yves Hugon a demandé au gouvernement français, par le biais d'une lettre envoyée à la ministre déléguée à la Parité et l'Egalité professionnelle, Nicole Ameline, de revenir sur cette loi datant du début du XIXe siècle qui interdit toujours aux femmes le port du pantalon.

En 2004, à l'occasion du bicentenaire de l'écrivain George Sand, "qui avait dû se soumettre à cette autorisation pour porter le pantalon auprès de la Préfecture de l'Indre", le député suggère "de mettre en conformité notre droit avec une pratique incontestée et incontestable des femmes
"....

_____Il est intéressant de suivre l'histoire politique du pantalon

Dans son livre, Catherine Bard " montre.., avec un grand luxe de sources, que l'interdit, au XIXe siècle, doit se comprendre et s'inscrire dans une prohibition plus générale du travestissement. La femme qui s'habille en homme, c'est un trouble à l'ordre public, mais un homme qui s'habille en femme, ce n'est pas plus supportable. On découvre encore que la lutte pour le "droit au pantalon" pour tous n'a pas toujours fait l'unanimité dans les rangs des militantes féministes. Nombreuses sont celles qui redouteront de voir leur combat pour l'égalité des droits compliqué par les manières provocantes des "garçonnes" sans parler même des audaces des sulfureuses lesbiennes. Féminisme et féminité, droits égaux dans la différenciation des sexes, accès au symbole de l'autorité masculine ou simplement droit au confort d'un vêtement pratique, la conquête du pantalon par les femmes aura posé assez de problèmes pour que son histoire ne se résume pas à un manifeste de "Chiennes de garde". 
En outre, que la revendication actuelle puisse exiger le droit de ne pas porter le pantalon et qu'il faille oser des "journées de la jupe" devrait nous vacciner contre les facilités d'un féminisme sommaire.
__________Est-ce la fin de  l'apartheid vestimentaire, avec la tendance à l'égalisation des conditions et à l'homogénéisation des pratiques vestimentaires?
____________________
**** "...Mais, quelques jours plus tard, volte-face, Jeanne revient sur son abjuration et reprend ses habits d’homme, une manifestation d’insoumission intolérable aux yeux de l’Eglise.
Selon un témoin, elle aurait décidé de reprendre ses vêtements d’homme parce qu’elle a été malmenée dans la prison, un lord anglais tentant même de la violer.
Mais ce n’est pas la réponse qu’elle donne à Cauchon et à ceux qui l’interrogent le 28 mai. Elle déclare qu’elle a pris cet habit parce qu’elle se trouve parmi des hommes. Elle l’a fait « de sa volonté, sans nulle contrainte ». Elle indique même qu’elle « aime mieux l’habit d’homme que celui de femme ».
Les juges peuvent enfin s’appuyer sur un texte pour condamner Jeanne. Porter des habits d’homme est en effet, sauf cas de nécessité, interdit par le Deutéronome 22-5.
« Une femme ne portera point un habillement d’homme, et un homme ne mettra point des vêtements de femme ; car quiconque fait ces choses est en abomination à l’Éternel, ton Dieu. »
_________________
-Le jeans, de Lévi Strauss à Calvin Klein (1)

2 commentaires:

Joelle a dit…

Étant une femme, je n'ai qu'un mot à dire. Les femmes doivent aussi porter des pantalons. Ils nous vont bien.

Marcel Thiriet a dit…

Bravo Joëlle!
Plus d'interdit maintenant
Le critère n'est plus qu'esthétique aujourd'hui
Le pantalon ne va à toutes les femmes à mon avis.
Mais ce n'est qu'un point de vue d'homme....donc à relativiser.
Bien à vous.