Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

mardi 24 avril 2012

Retour de flammes

Pour qui votait-on?

Pour les marchés?
Qui s'invitent dès le premier tour...
Feraient-ils déjà la loi ? Comme ailleurs...
_____En tout cas, le système Sarkozy se décompose, se délite, victime de ses pratiques
Le bilan est admirable accablant...
Les résultats n'étaient pas totalement imprévisibles.
Wauquiez a apporté sa pierre à l'édifice qui chancelle.
Le locataire de l'Elysée a tout fait pour produire un enfant monstrueux
" Le score de Marine Le Pen est le croisement adultérin de l'échec du sarkozysme économique et social et de l'inlassable campagne destinée à inquiéter, affoler, apeurer les Français les plus fragiles, économiquement, socialement, sociologiquement et culturellement."
La défaite de NS est patente et les ultimes manoeuvres ne seront d'aucun secours, surtout les plus cyniques. Tous les officiers sont sur le pont pour sauver l'"insubmersible", mais le Titanic plonge de l'avant...
Il y a comme un sentiment de trahison...
".... En ayant construit sa campagne électorale comme celle du candidat de la droite extrême, le président-sortant n’aura servi que de marchepied à Marine Le Pen. Celle-ci réussit, en faisant bien mieux que son père en 2002 (18 % des voix contre 16,86 % en 2002 et 1,6 million de voix de plus), à installer son parti au cœur du débat public. Le Front national a presque doublé son nombre de voix depuis 2007 ! L’étape suivante, à l’occasion des législatives de juin, sera sans doute de provoquer l’éclatement de l’UMP.
__Les premières leçons qui peuvent être tirées de ce 22 avril montrent combien ce n’est pas une paisible voire fade alternance qui est à l’ordre du jour.
_Car les résultats de ce dimanche dessinent un pays fracturé en profondeur, sous tension, donc impatient et déchiré. Pour la première fois depuis l’élection au suffrage universel d’un président de la République, le candidat de l’extrême droite approche du palier des 20 % des voix. Cette donnée nouvelle vient un peu plus souligner ce que nous n’avons cessé de documenter par nos enquêtes et reportages : une crise profonde de la représentation et du système politique.",
la faillite d'un présidentialisme extrême poussé jusqu'à la caricature du Moi-Je.

Le but de Marine le Pen est faire perdre Nicolas Sarkozy
" Elle sait que  le rejet de Nicolas Sarkozy, de ses promesses trahies, en particulier en matière de pouvoir d’achat, et de sa promiscuité avec les puissances d’argent figurent parmi les premières motivations de l’électorat FN. Le culte du chef comme dernière boussole. Son calcul est donc simple. Grâce à l’action d’un de ses complices objectifs, Patrick Buisson (1), véritable "idiot utile du lepénisme" implanté au cœur du pouvoir sarkozyste, l’UMP n’a cessé de se "droitiser", en gros depuis le discours de Grenoble de juillet 2010, et plus encore tout au long de cette campagne présidentielle. La "lepénisation des esprits" UMP est à l’œuvre._L’ex-parti unique de la majorité, réduit à la portion congrue, à peine 27% des voix, et profondément divisé entre tenants d’une ligne musclée et rescapés de la droite humaniste et sociale, ne tient plus que par l’autorité de son leader. Seule la soumission à la figure de Nicolas Sarkozy tient aujourd’hui lieu de ciment. Le culte du chef est la dernière boussole de l’UMP. Et Nicolas Sarkozy en joue à plein pour galvaniser ses troupes... et mieux les conduire au précipice.
_Que le président sortant chute dans deux semaines, et une bonne partie du troupeau UMP, orphelin, emmené par les brebis de la Droite populaire, sera prêt à céder aux sirènes lepénistes. Le président sortant se targue d’avoir accouché d’une "droite décomplexée", débarrassée de ce qu’il appelle ses "tabous" en matière d’immigration, d’insécurité et d' "identité nationale". Ce n’est pas le moindre des reproches que l’on pourra faire à Nicolas Sarkozy, lorsque l’heure viendra de constater l’étendue des dégâts que son passage à sa tête aura commis sur le paysage de la droite française._Il en a changé la nature, c’est vrai. Et il l'a conduite à sa perte. Jadis, pour récuser toute perspective d’entente avec le FN, le gaulliste Michel Noir avait lancé aux siens : "Mieux vaut perdre les élections que perdre son âme." Nicolas Sarkozy est en passe de réussir à faire les deux en même temps..." 
(1)Le Nostradamus de l'Elysée, conseiller du Prince, qui risque de le couler...



Aucun commentaire: